Répartition des subventions de la PAC en France en 2011

rpartition aides pac iiiEn France, 30% des subventions de la PAC vont aux exploitations céréalières et 53% des exploitations professionnelles - toutes spécialisations confondues - se partagent 85% de ces subventions (au lieu de 20% des exploitations se partageant 80% en moyenne en Europe).

 

In extenso

Selon les données du Ministère de l’Agriculture (Service de la statistique et de la prospective), les exploitations agricoles françaises ont reçu 9,7 milliards d’€ d’aides de la PAC en 2011, soit 8 Mds € au titre du premier pilier (Organisation des marchés) et 1,7 Mds € au titre du second pilier (Développement rural).

Issues du RICA (Réseau d’information comptable agricole, cf. note* en bas de page), ces données permettent de savoir ce qu’il en est plus précisément par spécialisation des exploitations (grandes cultures, élevage laitier, élevage bovins-viande, élevages bovins-viande, élevages industriels, arboriculture, viticulture, maraîchage etc.). Selon leurs spécialisations respectives, les exploitations sont en effet classées dans des catégories dites OTEX (pour orientations technico-économiques des exploitations).

En ce qui concerne les exploitations du secteur des grandes cultures (52 000 exploitations spécialisées en céréales et oléo-protéagineux et 19 000 autres exploitations de grandes cultures, avec plus de cultures industrielles), les données pour l’année 2011 -dernière année pour laquelle les chiffres ont été publiés à ce niveau de détail- font apparaître qu’elles ont reçu 2,9 Mds € sur ces 9,7 Mds €, soit 30%.

Si l’on veut considérer aussi les aides reçues par exploitation de polyculture-élevage (32 000 exploitations) au titre de leurs cultures et si l’on estime que ces aides-là représentaient 750 millions d’€ sur les 1, 45 Mds € qu’elles ont perçus en 2011, soit 50%, il apparaît un total d’aides 2011 versées aux exploitations « céréalières » qui s’élevait à 3,7 Mds €. Soit 38% des 9,7 Mds €.

Le montant moyen des subventions qu’elles ont ainsi perçues en 2011 s’est établi à 39 800 € pour les céréaliers spécialisés et un peu moins de 45 000 € pour les autres exploitations de grandes cultures ou de polyculture élevage.

Les graphiques ci-dessous font apparaître :

· les montants globaux d’aides PAC perçues dans chacune des OTEX en 2011

· les montants moyens de ces aides par exploitation dans chaque OTEX la même année.




 

Subventions de la PAC en France en 2011 : ventilation  entre catégories d’exploitations (Mds € et %)

 





 

 

 


Subventions de la PAC en France en 2011 : montant moyen par exploitation dans chaque catégorie

 

 

 

 



Subventions de la PAC en France en  2011 : nombre d'exploitations professionnelles par classe d'aides perçues 

 

 

 




 


* Le RICA : Fondé sur les données de comptabilité d’exploitations agricoles, le Réseau d’Information Comptable Agricole (RICA) a été institué dès la mise en place de la Politique agricole commune (PAC) à la fin des années 60 et permet chaque année, depuis trente-cinq ans, d’établir un diagnostic précis de la santé financière et économique du secteur agricole français et européen.

L’échantillon traité comprenait pour la France en 2011 (dernière actualisation) 7411 exploitations représentatives des 308 145 exploitations dites "professionnelles", notion dont la définition s’appuie sur un critère de dimension économique. Malgré cette restriction, le RICA couvre plus de 95% du poids économique du secteur et fournit ainsi, grâce une stratification de l’échantillon combinant plusieurs facteurs, une image fidèle de l’ensemble de la population des exploitations professionnelles françaises.            

(Source : Ministère de l’Agriculture- Agreste)

 

mots-clés

OTEX , subventions
Le site donne la possibilité de commenter les éléments de son contenu. Celle-ci est réservée aux agriculteurs inscrits.
Céréaliers, des hommes pour nourrir les hommes

Pourquoi s'inscrire

S’inscrire, c’est accéder à des informations plus détaillées, plus diversifiées et plus fréquentes, à des cotations en continu, à des possibilités supplémentaires de réagir, d’exprimer des points de vue, d’interpeller.

Je m'inscris